Accueil arrow Archives communiqués de presse arrow Contestation de la loi de santé : la CSMF ne participera pas à la « grande conférence de santé »
Contestation de la loi de santé : la CSMF ne participera pas à la « grande conférence de santé » Version imprimable

La CSMF a été reçue aujourd'hui par Manuel Valls avec l'ensemble des syndicats médicaux représentatifs et les représentants des jeunes générations pour aborder les modalités de la « grande conférence de santé » qui devrait se tenir en janvier 2016.

Après la grande manifestation nationale du 15 mars dernier qui a vu 50 000 médecins descendre dans la rue, le gouvernement n'avait eu pour seule réponse, pour renouer le dialogue entre responsables politiques et professionnels de santé, que de proposer une « grande conférence de santé »... qui se tiendra bien après le débat parlementaire de la loi de santé ! Droit dans ses bottes, le gouvernement persiste et signe : parmi les vingt membres du comité de pilotage nommés par le ministre, on trouve seulement deux médecins libéraux, dont un défenseur du tiers payant généralisé !

Comment proposer des idées constructives à des dogmatiques qui méprisent les patients et les médecins et dont la dernière trouvaille, relayée par la CNAM, est d'imposer en matière de prescription la prise en compte « du rapport coût/efficacité des traitements, au-delà de leur seule efficacité » ? Comme si les médecins ne devaient avoir qu'une approche purement comptable de la santé des patients... Un exemple de plus de l'étatisation qui nous guette.

La CSMF a donc décidé de ne pas participer à cette « grande conférence de santé » tant que nous aurons un gouvernement qui ne respecte pas les médecins et les patients, puisque cette conférence de santé se tiendra après le vote définitif de la loi de santé.

La CSMF refuse de prendre part à cette mascarade alors que les revendications des médecins libéraux sont ignorées.

La CSMF s'oppose au tiers payant généralisé et obligatoire, source de dérive bureaucratique du métier et d'une mainmise des assureurs complémentaires sur le système de santé.

La CSMF refuse l'étatisation de la médecine libérale, sous la coupe de l'Etat et des ARS.

Cette loi de santé, la CSMF n'en veut pas et appelle les médecins à amplifier les mouvements de désobéissance civile.

 

 
 
 

Dr Jean-Paul Ortiz - Président

06 07 86 08 83

jp.ortiz@csmf.org